Personne passée par Comète via les Pyrénées

Dernière mise à jour le 22 juin 2013.

Edward BRADSHAW /9448551
Halltoft End, Freiston, Boston, Lincolnshire, Angleterre.
Né le 08 mars 1918 dans le Lincolnshire, Royaume-Uni / † en mission le 17 août 1944
W/O RAF Bomber Command 49 Squadron, mitrailleur.
Lieu d'atterrissage : près de Strée, à quelques km au nord-est de Modave, Province de Liège, Belgique
Avro LANCASTER Mk I, R5763, EA-S, abattu la nuit du 2 au 3 septembre 1942 par un chasseur du 111./NJG4 (Oberleutnant Martinek) lors d'une mission sur Karlsruhe.
Ecrasé à 02h15 le 3 septembre à Abée, au sud-est de Huy, Province de Liège, Belgique.
Durée : 3 semaines.
Passage des Pyrénées : le 25 septembre 1942.

Informations complémentaires :

Rapport d'évasion SPG 3311/940 (indisponible).

Le Lancaster décolle à 23h10 de Scrampton et est abattu vers 02h15. Trois hommes perdront la vie : le pilote P/O Ronald George Lewis, 20 ans, l’opérateur radio/mitrailleur Sgt Robert George Reynolds, 26 ans et le mitrailleur Sgt William Stewart Collins, 20 ans. Tous trois furent d’abord inhumés à Sint-Truiden / Saint-Trond le 4 septembre 1942. Ils ont été ré-inhumés après la guerre au Heverlee War Cemetery à Heverlee, près de Leuven / Louvain, en Belgique.

Selon Bill Chorley ("RAF Bomber Command Losses"), après sa capture, Bradshaw aurait échangé son identité avec le soldat britannique N.L. Garnsey et serait parvenu à s’évader de captivité pour rejoindre l’Angleterre via l’Espagne ( ?). Par ailleurs, un article du journal "Vers l’Avenir" du 10 juillet 1991 (voir à http://www.rememberjd371.be/abee.htm) indique qu’Edward Bradshaw est tombé près de Strée, un autre article (date ?) précisant qu’il n’a pas été fait prisonnier comme ses trois camarades, mais a été caché par la population de Strée pendant trois semaines. Les trois autres survivants du crash sont le mécanicien Sgt T W Hayes, le navigateur/bombardier Sgt John Hayton Pearson – RAAF et le second radio/mitrailleur Sgt W D Cane, qui seront tous trois internés en Allemagne.

Nous ignorons beaucoup d’éléments du parcours de Bradshaw et nous n’avons pas d’indications quant à la manière et par qui il a été aidé pour rejoindre Bruxelles. On indique dans les archives que le docteur Antoine GOETHALS du 34 Rue de la Vallée à Ixelles le reçoit de Octave MONDO du 56 Rue Guillaume Stock à Ixelles, et le signale à Albert Greindl. Il venait de chez Walter NEVE du 144 Boulevard Lambermont à Schaerbeek.

Du 15 au 16 septembre, il loge chez chez Georges et Elsie Mary MARECHAL au 162 Avenue Voltaire à Schaerbeek, amené par leur fille Elsie Jeanette, qui le conduit ensuite à la gare. Ils y rencontrent Jack Cope. et prennent le repas de midi après leur arrivée à Lille. Les guides achètent des tickets pour Amiens et paient le supplément en cours de trajet.

Ils arrivent à Paris le 16 à 18 heures et prennent le métro (station Duroc près du Boulevard des Invalides) pour arriver à l'arrière d'un garage où ils rencontrent Frédéric et Andrée DE JONGH ainsi que Mme Raymonde COACHE. Cette dernière prend Robert Brown et Jack Winterbottom chez elle et son mari René au 71 Rue de Nanterre à Asnières-sur-Seine.

Le 22, Les trois hommes prennent le train de nuit avec Frédéric DE JONGH, Elvire MORELLE, Robert Brown et Léo Barbier, un aviateur français qui est blessé à la main. A Bayonne, "Bill" ("Bee" Johnson) et une jeune dame (Jeanine DE GREEF) montent à bord du train et leur donnent des tickets pour Saint-Jean-de-Luz, qu'ils remettent à l'arrivée. Ils se rendent individuellement dans un flat chez des Basques (Ambrosio SAN VICENTE, au 7 Rue Salagoïty) où ils restent la nuit et reçoivent des vêtements adaptés à la randonnée en montagne.

Edward Bradshaw franchit les Pyrénées le 25 septembre 1942 en compagnie de Jack Winterbottom, Léo Barbier et Robert Brown, guidés par "Bee" Johnson et un Basque. C'est le 24e passage de Comète par la gare de San Miguel et la traversée de la rivière Bidassoa.

Le franchissement des Pyrénées se fait sans incident et une voiture vient les prendre dans un village espagnol pour les emmener à San Sebastian. Ils y arrivent le 25 et y restent jusqu'au 30, "nourris comme des seigneurs" chez Federico ARMENDARIZ au 2e étage du 3 Calle de la Marina, près de la Concha, plage de San Sebastian. Entretemps, un officiel de Bilbao vient leur rendre visite. L'après-midi du 30, ils se rendent un-par-un en dehors de la ville, dans un lieu retiré où la voiture consulaire les attend. Plus loin, une voiture de l'ambassade les prend jusque Madrid, où ils arrivent vers 21 heures 30.

Edward Bradshaw se retrouve finalement à Gibraltar d’où un avion l’emporte le 24 octobre 1942 pour l’amener le lendemain à Portreath en Angleterre.

Edward Bradshaw reprend ensuite du service et est transféré vers le théâtre d’opérations de Méditerranée où il rejoint le 31 Squadron de la SAAF (South African Air Force), volant sur Liberators au départ de la base de Celone en Italie. Le 17 août 1944, Edward Bradshaw fait partie de l’équipage du Liberator VI n° EV941 de cette escadrille et part avec ses sept co-équipiers pour une mission de parachutage de matériel à la Résistance polonaise à Varsovie. L’appareil est abattu par la DCA près de Krakow et tous les hommes à bord trouveront la mort. Tous reposent au Krakow Rakowicki Cemetery à Krakow, Pologne.


Mot de remerciement de Edward Bradshaw chez Ambrosio San Vicente à Saint-Jean-de-Luz.


© Philippe Connart, Michel Dricot, Edouard Renière, Victor Schutters