Personne passée par Comète via les Pyrénées

Dernière mise à jour le 6 mai 2014.

Jean Albert Ferdinand Jacques Marie de BLOMMAERT de SOYE (baron)
Bierges (Wavre), Brabant, Belgique.
Né le 24 Octobre 1915 à Etterbeek / † le 11 Août 1983 à Bierges (Wavre).
Activité en mai 40 : 2ème Chasseur à Cheval /matricule n° 146/30143
Rôle : Chef de pièce C47
Zone d'activité : Namur
Activité à Comète : guide international
Missions : Rutland, Marathon

Tutelle : Sûreté de l'Etat, création d'un réseau d'évasion et de camps d'hébergement
Pseudonymes/Noms de guerre : Rutland, Pierre Lebouteillier, le Blom, Kazan, Jean Thomas, Jean Leduque.
Parachuté : la nuit du 20 au 21 décembre 1943 et le 10 avril 1944
Localisation : Fismes (Reims) et Saint-Ambroise
Passage des Pyrénées : le 19 juillet 1943 et le 02 mars 1944

Informations complémentaires :

Le 26 Septembre 1938, Jean de Blommaert est Maréchal des Logis candidat officier de réserve au 2e Chasseurs à Cheval après y être entré en service le 30 Mars 1937. En mai 1940, il y est Chef de pièce C47 à Namur.

Blessé à la cuisse gauche à Dadizele le 26 mai 40, il est évacué vers les hôpitaux du Minnewater et militaire de Bruges où il a peut-être eu l'occasion de rencontrer Andrée DE JONGH, qui y travaille comme ambulancière. Le fait n'est cependant rapporté nulle part.

Le 28 mai 40, il est fait prisonnier par les Allemands. Il est libéré le 1er août 40 et rentre le 3 en se disant réserviste.

Il travaille à Tournai avec Georges d'Oultremont jusqu'en avril 42 aux "Volontaires du Travail", puis, en mai, il a un emploi chez Solvay à Bruxelles.

Jean de Blommaert devient ensuite guide international Comète de Jean Greindl, entre Bruxelles et Paris durant le second trimestre 1942.

Le12 juillet 43, il quitte la Belgique par Bertrix avec Théodore d'Oultremont. Ils passent la frontière à pied avec de faux papiers français et se rendent à Sedan. Quelques détails intéressants de leur trajet d'évasion : Du 13 au 14, voyage entre Givet et Paris (175 FF). Ils restent à Paris du 14 au 19 juillet et déclarent 200 FF de dépense journalière (40 FB X 5 = 200 FB = £ 1.12.6). Du 19 au 21, ils effectuent le voyage de Paris à Bordeaux et voyagent en première classe ainsi que demandé par Comète (425 FF de frais).

Jean de Blommaert loge à Sutar à l'auberge Larre de Jeanne MENDIARA. Il passe les Pyrénées avec Théodore dOultremont, John David, Johan Ræder et un guide basque seul par Saint-Jean-de-Luz et la Bidassoa le 19 juillet 43. C'est le 48e passage de Comete.

Ils arrivent à Gibraltar le 26 juillet et rejoignent la Grande-Bretagne par avion le 02 Août 43.

Le 7 août 43, Jean de Blommaert est libéré des Victoria Patriotic Schools et il entre aux Forces Belges en Grande Bretagne (FBGB) sous le n° 2663 le 10 août 43. Il est très rapidement introduit à la Sûreté de l'Etat.

Il passe son brevet de parachutiste le 09 octobre 43 et suit l'entraînement pour être parachuté au Mont de Dhuizel, à 8km au nord-ouest de Fismes (Reims) la nuit du 20 au 21 décembre 43 comme chef de mission pour créer le réseau d'évasion par air et mer Rutland avec Willy Lemaître et Dominique Potier, qui rejoint son réseau Possum durant le même parachutage. La réception au sol a lieu par quelques hommes dont Georges d'Oultremont qui remplace Potier en intérim.

Pour créer le réseau, en parallèle avec Possum, Jean de Blommaert est aidé par son radio "London" (Willy Lemaître) et il dispose d'une somme de 250.000 FF.

de Blommaert va à Paris avec George d'Oultremont et Willy Lemaître mais ils sont coupés de Potier, qui est rapidement arrêté, et ils doivent fuir et abandonner leur matériel en région rémoise. Voir Le réseau Possum à Reims et environs.

Jean de Blommaert rentre de mission (avortée) en Angleterre le 11 mars 44 après avoir été passé le 02 mars 44 par Comète en Espagne avec Willy Lemaître, Conrad Lafleur (le radio de Potier), Jean Oudinot et Aline Dumont. C'est le 92e passage de Comète par Souraïde et Quito borda, avec les seuls guides de Juanito BIDEGAIN (Michel ECHEVESTE et son frère Joseph Marie).

Ce Jean Oudinot, alias "Célestin", est un agent du Ministère de l'Information (Radio) qui habite 11 Rue du Roc à Paris 7e. Il deviendra directeur d'une radio coloniale française.

de Blommaert est parachuté à nouveau pour Comète avec Albert Ancia ("Daniel Mouton") le 10 avril 44 à Saint-Ambroix à 12km à l’est d’Issoudun. Comme Issoudun est le refuge initial situé dans le Cher, chez Louis-René des Forêts à Saint-Ambroix et sert de dépôt d'argent (2 millions FF) pour cette opération, de Blommaert y retourne donc en avril 44.

Le 15 avril 44, il rencontre Yvon Michiels et José Grimar à Paris.

Après les tentatives de Marcel ROGER, d'Aline DUMONT, de Robert BEAUVAIS, de Madeleine DUMONT et de Philippe d'ALBERT-LAKE de reconstituer le secteur français, de Blommaert reprend les évacuations vers le Sud avec Paul Blanc et d'Albert-Lake pour 17 aviateurs.

Il tente vainement d'organiser une ligne Paris-Pyrénées faisant usage de camions, mais est prévenu par Londres d'un changement de politique. Cette opération Marathon devait maintenant remplacer Comète et rassembler toutes les autres lignes d'évasion terrestres par trois missions différentes : Rutland, Mouton et Belgrave. de Blommaert devait rétablir un hébergement en région parisienne et organiser des gîtes sûrs (Ancia partant en Belgique pour organiser le volet belge de l’opération). En fait, de Blommaert relie à nouveau la Belgique et les Pyrénées pour un seul convoi avec Aline DUMONT.

Vers le 13 mai 44, à l'arrivée de Lucien BOUSSA, de Blommaert, brûlé à Paris à cause de l'agent de la Gestapo parisienne Jacques Désoubrie, crée alors des camps dans la Forêt de Fréteval au sud-ouest de Châteaudun, dont il confie l’organisation à Lucien BOUSSA alias "Belgrave".

La fin de l'opération Marathon a lieu le 28 août 44 en France. Jean de Blommaert est à ce moment-là au camp de Frèteval d'où il regagne Londres.

Il est surnommé "Le Renard" par la Gestapo, car son domicile à Bierges est "Le Renissard".

Jean de Blommaert est démobilisé aux Etats-Unis le 19 septembre 46.


Jean de Blommaert (à droite) et le lieutenant Martin.

Jean de Blommaert " le Blom " à Rambouillet en août 44, à l'extérieur de la jeep.


© Philippe Connart, Michel Dricot, Edouard Renière, Victor Schutters