Aviateur de l'opération Marathon

Dernière mise à jour le 9 août 2016.

Paul Franklin CLARK / O-810473
4808 Roseville Boulevard, Chattanooga, Tennessee, USA
Né le 15 juin 1923 au Tennessee / † 26 août 2000 à Hixson, Tennessee
Lt, USAAF 363 Fighter Group 381 Fighter Squadron, pilote
Atterri près de Connerré (Sarthe), France
North American P-51B-10-NA Mustang, 42-106729, B3-, perdu le 24 juin 1944 lors d’une mission de mitraillage/bombardement d’un pont au sud-ouest de Chartres
Ecrasé soit près de Thiron, Yvelines, soit, plus vraisemblablement, près de Thiron-Gardais, Eure-et-Loir, France
Durée : 7 semaines
Camps Marathon : Fréteval

Informations complémentaires :

Rapport de perte d'équipage MACR 6293. Rapport d'évasion E&E 1062 disponible en ligne.

Selon une attestation du 25 juin 1944 signée par le 1st Lt George L. Recagno, le Mustang de Clark (parti de Staplehurst / Maidstone vers 17h00 heure anglaise), volant à très basse altitude lors de l’attaque, est atteint par la déflagration de ses propres bombes. Le pilote monte en flèche jusqu’à environ 1500 m d’altitude et prend la direction de sa base en Angleterre. Il est cependant forcé d’abandonner son appareil à environ 15 miles (25 km) au nord-ouest de Châteaudun. Le document conclut en mentionnant que l’on a aperçu l’ouverture de son parachute et qu’on a pu le voir courir en direction de fermes après son atterrissage.

Le rapport d’évasion de Clark est très succinct et indique seulement qu’il a atterri près de Chartres et que des Français ont enterré son parachute pour lui.

Le livre "Silent Heroes : Downed Airmen and the French Underground" de Sherri Greene Ottis (Kentucky University Press, 2001), nous apprend qu’il a été aidé et hébergé par Félix et Denise BACCHI à Chassant, à 4 km au sud-est de Thiron-Gardais, Eure-et-Loir.


De gauche à droite, Denise BACCHI, Paul Clark et la maman de Félix BACCHI, époux de Denise, Chassant, été 1944.
(photo via Paul et Bettye Clark, extraite du livre de S. G. Ottis)

Nous n'avons pas d’autres détails concernant l'évasion du Lt Clark ni sur les personnes qui l’ont aidé à atteindre le camp de Fréteval. Son nom figure dans la liste des hommes cachés dans ce camp secret en forêt, près de Châteaudun, d’où comme 151 autres évadés, il est libéré le 14 août 1944 par des troupes américaines.

Clark est débriefé le 15 août par le Major Robert H. Dana de l'IS9, puis encore le 18 août, date de son arrivée en Angleterre. Il part pour le centre de rassemblement du 63 Brook Street à Londres ce même jour et y est réinterrogé le lendemain.

Paul Clark est enterré au Chattanooga National Cemetery à Chattanooga, Tennessee.

Ses photos en médaillon sont celles de son kit d’évasion et qu’il avait laissées chez les BACCHI avant de poursuivre sa route vers le Sud. Elles aussi sont extraites du livre de S. G. Ottis.


Réunion en 1946 à Saint Louis, Missouri, d’aviateurs Américains évadés et cachés dans le camp de
Fréteval. William M. Davis remet au maire de Saint Louis une pièce d’un parachute utilisé par l’un
des aviateurs.


Photo prise en 1946 à Milwaukee, Wisconsin et réunissant des aviateurs cachés dans la Forêt de Fréteval.
(Jean de Blommaert) est assis, le 4e depuis la gauche. Selon Lynda Davis Wilson, la fille de William Davis, son père est debout, le 5e depuis la gauche ; William Yanzek est debout, le 3e depuis la gauche et Paul Clark est assis, le 2e depuis la gauche. Elle pense que William Brayley se trouve sur la photo mais n’est pas certaine que ce soit celui sur l’épaule duquel son père a posé sa main.


© Philippe Connart, Michel Dricot, Edouard Renière, Victor Schutters