Personne capturée durant son évasion

Dernière mise à jour le 11 novembre 2021.

Francis Joseph McDERMOTT / 32428098
3558 97th Street, Corona, New York
Né le 27 mars 1921 à New York City / † le 4 avril 1998 à Stratford, Connecticut, USA
S/Sgt USAAF, 95 Bomber Group 412 Bomber Squadron, mitrailleur ventral
Atterri près de Haelen, Pays-Bas
Boeing B-17F Flying Fortress (Forteresse Volante) n° 42-3317, QW-Y / "Spirit of 76", abattu le 30 novembre 1943 lors d'une mission sur Solingen.
Écrasé au "Sterrenbos" près de Haelen, à 4-5 km au NO de Roermond, NL
Durée : 3 mois ½
Arrêté le 31 avril 1944 (fausse ligne KLM)

Informations complémentaires :

Rapport de perte d'équipage MACR 1559.

Après le largage des bombes, l'appareil est touché sous l'aile droite par un obus de la Flak. La pression d'huile baisse dans le moteur n° 4 et bientôt le même phénomène se produit sur le n° 3, leurs hélices s'emballant dangereusement. Comme il est impossible de rester dans la formation avec seulement deux moteurs et malgré que l'équipage jette par-dessus bord tout ce qui peut l'être, l'avion perd trop d'altitude. Vers 1400m, le moteur n° 1 explose, l'hélice du n° 3 perd une pale qui touche le stabilisateur vertical : l'ordre est donc donné de sauter alors que le B-17 vient de passer la frontière germano-hollandaise.

McDermott est du même équipage que Paul Gregory, Robert Gilchrist, Paul Appleby, Elmer Gilcrease, Max Gottlieb et Charles Higgins.

Le corps du navigateur William L. Lohmann fut retrouvé flottant dans la Meuse à Kessel le 21 juillet 1944. D'abord inhumé à Kessel, il repose en Belgique au Cimetière Américain de Neuville-en-Condroz. Le pilote Arthur C. Hensler Jr ainsi que le mitrailleur gauche S/Sgt Jack B. Hyatt furent rapidement faits prisonniers. McDermott et Appleby parvinrent à s'évader un temps mais furent arrêtés par la suite. Les cinq autres réussirent leur évasion : Gregory, Gilchrist, le mécanicien T/Sgt Gilcrease (en Suisse - E&E 2340), Gottlieb et Higgins.

L'équipage saute au-dessus de la Meuse, près de Roermond. Six d'entre-eux se retrouvent sains et saufs au café "De Rode Kar" quelque quatre jours après leur atterrissage. Il s’agit en fait d’un wagon de chemin de fer reconverti en logement de deux pièces et situé à Maarheeze, près de Soerendonk.

Selon des détails repris sur le site https://drive.google.com/file/d/1I6Dtatbm6thR1HmvOCRQHES-Nk_LZ50A/view, il semble que Gottlieb, Paul Gregory, Elmer Gilcrease et Francis McDermott sont arrivés à Maarheeze grâce à Wim LEEREVELD, B 109 à Leende et Joep BELIËN, B 10 à Leende. Ils sont conduits en voiture chez un prêtre où ils rencontrent leur coéquipier Robert Gilchrist.

Le groupe se sépare et les évadés vont loger à divers endroits. Le fermier Hendrikus SEMLER, du Vogelsberg à Maarheeze leur apporte de l’aide et conduit MacIntosh, Gilcrease et Gottlieb à la ferme de Hendrik Willem BLOEM, à Cranendonck tout proche. Ils passent la frontière belgo-hollandaise et arrivent le 7 janvier 1944 chez Frans WIJNEN à la Bosstraat à Hamont.

Des sources hollandaises indiquent que McDermott a été aidé dans la région de Roermond par "GUNNEWEGH" (John Bern GUNNEWICK du B211 à Lichtenvoorde selon la liste des Helpers néerlandais) et RAVEN, des résistants Hollandais. Le seul Raven repris dans la liste des Helpers néerlandais est Henk RAVEN, Bosdijk 438 à Eindhoven. Nous avons appris également que Gottlieb et Appleby sont arrivés à Horn le 8 décembre 1943 chez le vicaire ("kapelaan") Harry JANSSEN (nom de guerre "BERGMANS") où ils ont retrouvé leurs co-équipiers.

Ayant été fait prisonnier, McDermott n'a pas de rapport E&E d'évasion, mais celui de l'un de ses co-équipiers indique que McDermott se trouve dans la voiture de police qui le mène à Weert en compagnie de Gregory, Gilchrist, Appleby et Higgins. Les évadés y restent avec un homme chargé de la mise en valeur des marais dans la zone "et un jeune opérateur radio" (Max Gottlieb ?) qui y était déjà arrivé. Tous partent le soir à la frontière dans un camion de laiterie avec un gendarme Hollandais. Ils se rendent dans un tout petit village frontalier, dans une maison qui ressemble à un réfectoire abandonné. Beaucoup parmi les guides sont en uniforme de gendarmes pour éviter les ennuis en cas de rencontre avec des Allemands. Dans cette maison, un jeune homme d'environ 19 ans parle assez bien anglais et il s'y trouve aussi une femme et deux enfants.

Dans des rapports des aviateurs, on mentionne Neerpelt, Overpelt et Antwerpen ainsi qu'une liste de personnes : G. H. VOSSEN, au Spikker 226 à Haelen, Alda et Lambert SPOOREN au 56 Haspershoven à Overpelt, M. MAES au café "De Zwaan" au 41 Klapdorp à Anvers/Antwerpen.

Dans son rapport, Higgins dit qu'un policier et un douanier belge le font passer la frontière à "Meispelt" (cela doit être "près de Neerpelt"), et il est vraisemblable que McDermott ait suivi le même chemin. Il est passé en Belgique avec Thomas Hubbard. Par la suite, le groupe se sépare et McDermott est logé chez Virginie DE BRUYN au 37 Keizerstraat à Anvers, amené là par Gustave BUSSCHOTS (du 9 Zurenborgstraat à Antwerpen). Il entre dans la filière d'Elie MIROIR dont Marcel DAELEMANS est convoyeur d'Anvers à Bruxelles vers Charles HOSTE ou VAN TUYKOM.

Signalé par Mme Vve DANNEELS à Charles HOSTE comme étant chez Pierre GROSEMANS au 49a Rue Laurent Vandenhoven à Evere, McDermott est remis le 18 janvier 44 à Bruxelles par "Jean-Pierre" du Groupe G (Émile RICKAL, du 175 Rue de l'Agriculture à Schaerbeek) et identifié par HOSTE le 19 janvier, date de son entrée dans le Groupe EVA. On signale par ailleurs McDermott comme photographié par Jean PORTZENHEIM qui sera son officier welfare et comme aidé également par Henry MALFAIT.

McDermott transite alors chez la famille d'Henri MACA au 31 Avenue du Val d’Or à Woluwe-Saint-Pierre et revoit Higgins, toujours à Bruxelles, avant d'être transféré avec lui chez Mme Clotilde HOYAUX-TARTE au 21 Boulevard Poincaré à Anderlecht (qui le déclare logé du 30 décembre au 23 janvier, amené et repris là par Marie MACA, la sœur d'Henri).

Par la suite, McDermott, Higgins et un aviateur canadien "Joe" (Joseph Healey) iront loger 4 ou 5 jours chez une Luxembourgeoise mariée à un Américain, et dont le fils (identifié : Victor J. Palmer) servait dans le corps des U.S. Marines. Il s'agit de Mme Eugénie JAANS, épouse (divorcée) de l'Américain Thomas PALMER et qui habite avec sa sœur Suzanne au 20 Boulevard Général Jacques à Ixelles "dans un des immeubles les plus élevés de Bruxelles, en face de la Gestapo". De l'arrière de cette "Résidence La Cambre" on pouvait en effet apercevoir en face l'immeuble de la Gestapo au 453 de l'Avenue Louise, qui avait été mitraillé par Jean de Sélys Longchamps en janvier 1943).


"dans un des immeubles les plus élevés de Bruxelles, en face de la Gestapo"

McDermott reste chez Mme PALMER, tandis qu'Higgins part alors vers le Sud. Higgins rapporte qu'en cours de route il apprend que l'intention était de le faire évacuer par avion avec d'autres, mais que ces plans sont contrariés par l'arrestation par la Gestapo de l'un des chefs de la résistance qui malheureusement avait des papiers sur lui. Higgins ajoute avoir entendu, sans pouvoir évidemment le vérifier, que trois aviateurs américains auraient été arrêtés par la suite et fusillés. Il semble plus probable qu'ils aient été seulement arrêtés et que McDermott ait même pu se trouver parmi eux.

Quoiqu'il en soit, en début mars, McDermott se trouve chez François MEULEMANS et son épouse au 14 Rue des Mégissiers à Molenbeek avec James Gibson. Il y reçoit de l'aide vestimentaire et sa nourriture des QUINTARD-LEGRAIN du 47 Rue Edgar Tinel à Anderlecht durant les 15 jours de son logement là. Gibson, auquel on avait dit avant l'arrivée de McDermott qu'il partirait le lendemain dès l'arrivée de ce dernier, décide à un moment de partir seul et quitte les GROSEMANS à Evere, chez qui McDermott reste loger.

Nous ignorons dans quelles circonstances McDermott s'est fait arrêter, ni s'il avait retrouvé Gibson par après, ce dernier ayant été vu en août à Bruxelles par Jean PORTZENHEIM.

McDermott a été interné au Stalag Luft 4 à Gross-Tychow/Tychowo, en Pologne.

Il repose au Wooster Cemetery à Danbury dans le Connecticut.


(c) Philippe Connart, Michel Dricot, Edouard Renière, Victor Schutters